Feedback

Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education
Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education
MASTER THESIS
VIEW 106 | DOWNLOAD 2

Existe-t-il une différence entre homme et femme dans les mythes du viol ? Est-ce que le sexisme et la dominance sociale les influencent ?

Download
Dubois, Anne Françoise ULg
Promotor(s) : Blavier, Adelaïde ULg
Date of defense : 10-Sep-2012 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/492
Details
Title : [fr] Existe-t-il une différence entre homme et femme dans les mythes du viol ? Est-ce que le sexisme et la dominance sociale les influencent ?
Author : Dubois, Anne Françoise ULg
Date of defense  : 10-Sep-2012
Advisor(s) : Blavier, Adelaïde ULg
Committee's member(s) : Dardenne, Benoît ULg
Maas, Marianne 
Language : French
Number of pages : 113
Rameau keyword(s) : Viol
Sexisme
Dominance (psychologie)
Jugement moral
Différences entre sexes
Discipline(s) : Social & behavioral sciences, psychology > Social, industrial & organizational psychology
Social & behavioral sciences, psychology > Treatment & clinical psychology
Commentary : 7 annexes
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en sciences psychologiques, à finalité spécialisée en psychologie clinique
Faculty: Master thesis of the Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education

Abstract

[fr] Cette étude va tenter de démontrer qu’il existe une différence entre hommes et femmes concernant les mythes du viol. Elle va également explorer le rôle du sexisme ambivalent et de la dominance sociale dans le blâme de la victime de viol. Pour ce faire nous avons composé un échantillon de 100 sujets dans la population générale dont 50 hommes et 50 femmes. Nous leur avons administré l’échelle de sexisme ambivalent (ESA, Dardenne, Delacollette, Grégoire & Lecocq, 2006), l’échelle de dominance sociale (SDO, Pratto, Sidanus, Stallworth & Malle, 1994) ainsi que l’échelle d’acceptation des mythes du viol (RMAS, Burt, 1980). Nous leur avons également administré l’échelle de désirabilité sociale de Marlowe et Crowne (1960) dans le but d’éviter un biais. Les résultats n’ont pas confirmé notre hypothèse selon laquelle il existait une différence entre les hommes et les femmes dans l’acceptation des mythes du viol. Néanmoins, nous avons constaté que le sexisme ambivalent et la dominance sociale étaient de puissants prédicteurs de l’acceptation des mythes du viol.


File(s)

Document(s)

File
Access s031724Dubois2012.pdf
Description: -
Size: 1.02 MB
Format: Adobe PDF

Author

  • Dubois, Anne Françoise ULg Université de Liège - ULg > 2e an. master sc. psycho., fin. spéc. psycho. clin.

Promotor(s)

Committee's member(s)

  • Dardenne, Benoît ULg Université de Liège - ULg > Département de Psychologie : cognition et comportement > Psychologie sociale
    ORBi View his publications on ORBi
  • Maas, Marianne
  • Total number of views 106
  • Total number of downloads 2










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.